fbpx
Manger plus, manger mieux: implication de l’enfant dans l’alimentation

Manger plus, manger mieux: implication de l’enfant dans l’alimentation

Certains enfants ne veulent pas manger ou refusent plusieurs aliments qui leur sont présentés lors des repas.

 

Parfois, ce refus de manger ou de goûter peut être associé à différentes causes comme une hypersensibilité sensorielle, des difficultés oro-motrices, des difficultés motrices ou un comportement difficile de la part de l’enfant. Demeurer assis durant plusieurs minutes tout en manipulant des ustensiles et des aliments peut représenter un défi important au niveau attentionnel et moteur.  

Dans toutes ces situations, il est normal de se questionner sur l’alimentation de l’enfant et de vouloir investiguer pour déterminer si ces comportements sont en lien avec un trouble ou seulement une difficulté passagère.

Dans cet article, vous retrouverez quelques suggestions pour développer l’intérêt et la compréhension de l’enfant envers les aliments et la préparation des repas.

 

Dès l’âge de dix-huit mois à deux ans, initier l’enfant à participer à la préparation des repas et des aliments peut devenir une activité stimulante d’apprentissage, de manipulations motrices et de stimulations au niveau des différents sens tout en étant un moment privilégié passé avec un adulte.

La participation de l’enfant  à l’alimentation crée plusieurs possibilités. En voici quelques unes: 

– L’enfant peut mettre des fruits séchés dans une tasse à mesurer, mettre des morceaux de fruits dans un mélangeur pour faire un smoothie, mettre des croutons dans une salade,…(activités avec la notion « mettre dedans ») 

– Il peut couper des légumes avec des ciseaux (lanière de piment, fèves) (activité de motricité fine avec des ciseaux pour enfant)

– Déchirer la laitue avec ses doigts pour faire une salade (activité de motricité fine)

– Mettre des moules de papier dans le plat de cuisson pour préparer des muffins (activité de motricité fine soit séparer les moules et les placer correctement)

– Brasser des ingrédients secs dans un plat avec une cuillère (activité de préhension de la cuillère et bilatérale pour tenir le plat)

– Mélanger des ingrédients liquides avec un batteur à œuf, etc… (activité bilatérale asymétrique et de force manuelle)

Sa participation va l’aider à développer le goût de cuisiner, facilite des apprentissages en lien avec l’alimentation et le conscientise au concept de bien manger.

Son implication le responsabilise dans les activités d’alimentation et le valorise: il va être fier d’avoir participé et exécuté une activité où il voit des résultats pour lui et pour toute sa famille.

Plus l’enfant grandit, plus il peut participer durant des périodes de temps plus longues avec des activités présentant une plus grande complexité tel qu’écraser des bananes avec une fourchette, mesurer avec des petites cuillères,…

Françoise Lespérance, ergothérapeute
Jouer et Grandir 

S’alimenter de façon autonome exige de l’enfant un développement de plusieurs capacités et habiletés.

L'ergothérapeute peut aider l'enfant avec des difficultés reliées à son alimentation

Abonnez-vous pour recevoir d'autres articles et un document sur l'oro-moteur
L’alimentation de l’enfant: trouble ou caprice?

L’alimentation de l’enfant: trouble ou caprice?

L’alimentation est une activité quotidienne qui peut parfois « virer » au cauchemar!

Explorer les jouets avec sa bouche est essentiel afin de développer les mouvements de la langue et stimuler la zone orale

La texture des purées, la couleur, l’odeur et la température influencent l’enfant lors de l’alimentation. Faire une progression dans la quantité et le choix est souvent requis.

Les types d’aliments à expérimenter avec le jeune enfant afin de développer son goût à une variété d’aliments et de textures:


– Purée
– Croquant
– Glacée
– Chauffé
– Sucré/ Salé/ Amer/ Épicé
Demeurez attentif aux réactions de l’enfant lors de la présentation d’un nouvel aliment, (textures ou caractéristiques).

Alimentation: Défi quotidien ?

“Maxime ne veut rien manger lors des repas. Il se lève tout de suite. C’est un moment pénible à chaque repas” (cliquer sur la flèche pour continuer à défiler le texte)

Le comportement de Maxime peut être dû à plusieurs facteurs qu’il faut analyser. Est-ce qu’il a des défenses sensorielles ? Est-ce qu’il est capable de rester assis pendant un certain temps pour faire d’autres activités que s’alimenter comme pour faire un jeu ou un bricolage? Est-il le seul dans la famille ayant ou ayant eu ce comportement (à son âge)?

L’ergothérapeute aide à faire cette analyse et donne des pistes de solutions afin d’aider chque enfant de façon spécifique.

Françoise Lespérance, ergothérapeute

Jouer et Grandir, (www.jouer-et-grandir.com)

L’alimentation doit devenir un moment agréable pour l’enfant et son entourage

Jouer et Grandir

20 Chemin Joséphine, Val des Monts, Québec, Canada, J8N2S8

Téléphone pour prendre rendez-vous

(819) 592-2684

L’organisation de tâche de l’enfant dyspraxique

 

L’organisation de tâche est souvent mentionnée comme un défi majeur pour un enfant DVS.

La dyspraxie visuo-spatiale (DVS) ou trouble développemental de la coordination avec composantes visuo-spatiales (TDC-VS) sont des synonymes.

La dyspraxie visuo-spatiale touche les muscles externes des yeux au niveau de leur coordination. L’information visuelle de l’environnement à deux et à trois dimensions perçue par l’enfant (l’emplacement et l’orientation des objets) a un impact sur le guidage visuel et la détermination des paramètres du mouvement lors d’exécution d’actions motrices. 

 

Les gestes moteurs et visuels de l’enfant DVS

La planification et l’exécution des mouvements moteurs et visuels sont difficiles et fatigants pour un enfant ayant une dyspraxie visuo-spatiale. Ses yeux vont parfois « oublier » de voir certains détails essentiels par leur mouvement de recherche, localisation et fixation visuelle.

Ces difficultés impactent son fonctionnement. Le résultat escompté lors d’organisation dans les tâches tel que le rangement dans la chambre à coucher devient un défi pour l’enfant. Même phénomène pour retrouver des objets dans la salle de bain ou dans son espace de travail à l’école. Parfois, cela crée une grande frustration pour les personnes vivant avec lui à la maison et à l’école.

Pour avoir un espace de vie rangé, l’enfant a besoin de développer une organisation dans la tâche qui fait référence à des apprentissages procéduraux. Ceux-ci  sont souvent déficitaires surtout lors de comorbidité avec d’autres troubles neurodéveloppementaux.

À l’école, l’enseignant observe que l’enfant perd beaucoup de temps à retrouver ses cahiers et ses crayons dans son bureau. Il échappe souvent au sol ses objets personnels. Il a besoin de soutien pour pouvoir commencer les travaux demandés. Aussi, faire le ménage de son bureau est une tâche ardue ainsi que placer ses vêtements et autres objets dans son casier.

À la maison, le parent mentionne qu’il ne range pas sa chambre. Il a de la difficulté à retrouver des objets ou aliments dans la cuisine. La salle de bain est à l’envers après avoir pris sa douche ou son bain, etc.

 

 Que faire pour aider l’enfant ayant une dyspraxie visuo-spatiale (TDC-VS)

Pour que l’enfant trouve des solutions à ses difficultés d’organisation dans les tâches, il faut qu’il se sente soutenu dans ces défis. Si l’organisation du matériel dans les pièces de la maison est difficile pour les parents et ne fait pas partie de leurs valeurs, l’enfant ne verra pas l’importance et l’utilité de modifier son comportement et de fournir des efforts pour retrouver son matériel facilement à la maison et à l’école.

L’impact d’un TDAH (déficit de l’attention/hyperactivité) influence également le comportement de l’enfant. Ce trouble est en comorbidité avec plus de 50% des enfants ayant une dyspraxie visuo-spatiale (TDC-VS). 

Pour aider un enfant DVS dans son organisation des tâches, il est primordial que les objets usuels qu’il utilise soient constamment rangés et placés au même endroit dans la maison et à l’école. Par exemple, Justin prépare lui-même son déjeuner. Il mange soit des céréales ou des rôtis avec du beurre d’arachides. Dans cette situation, l’enfant a besoin de retrouver toujours au même endroit dans le garde-manger, les céréales, le pain et le pot de beurre d’arachides. Le lait devra se retrouver sur la même tablette du réfrigérateur. Pour la vaisselle et les ustensiles, c’est souvent plus facile car un tiroir et une armoire est dédiée à ces objets dans la cuisine. Cela demande donc la collaboration de toute la famille (parents et les autres enfants) à ranger le matériel utilisé par l’enfant DVS au même endroit et ce, dans les différentes pièces.

Fatigue visuelle et motrice lors de l’organisation dans les tâches

Au cours d’une journée, dû aux efforts qu’il doit constamment fournir au niveau moteur et visuel, l’enfant éprouve un état de fatigue qui peut perturber son comportement. Il est donc essentiel de lui fournir des adaptations pertinentes et un soutien plus personnalisé.  

Dans certaines situations, l’ajout de repères visuels facilite les gestes du regard afin de localiser le matériel nécessaire lors de l’organisation des tâches. Par exemple, dans le bureau de l’enfant, des cahiers ou cartables de couleurs différentes pour chaque matière est en envisager. Un petit carton plastifié et collé sur le dessus du bureau qui indique la couleur et la matière du cahier ou cartable à retrouver dans le bureau peut aider grandement l’enfant à s’organiser surtout si son attention est de courte durée. De séparer physiquement l’espace du bureau par des séparateurs ou du rangement vertical sur le côté du bureau sont d’autres adaptations facilitant le repérage visuel et l’organisation du matériel.

Les procéduriers visuels

Des procéduriers (liste des étapes à exécuter par l’enfant) sont aussi des outils pouvant aider l’enfant à s’organiser dans ses actions/tâches à la maison et à l’école. Ces procéduriers peuvent être faits avec des images, des mots ou de courtes phrases. Il faut déterminer avec l’enfant dans quelle situation il a besoin de procéduriers. 

Si l’enfant préfère un procédurier sous forme de mots ou de courtes phrases, assurez-vous d’écrire suffisamment gros  avec des doubles interlignes pour faciliter les gestes du regard lors de la lecture. Idéalement, utilisez le traitement de texte avec une police de grosseur 16 à 20 points tout en changeant de couleur à chaque ligne.

Lors de la mise en place de procéduriers, l’enfant doit comprendre le pourquoi d’utiliser cette modalité d’adaptation. Ce procédurier se construit en collaboration avec l’enfant pour qu’il cherche à déterminer, lui-même, les différentes étapes à exécuter afin de réussir à s’organiser dans la tâche et améliorer le rangement du matériel pertinent. 

Confiance et fierté de l’enfant

Tous les enfants ont besoin de développer leur confiance en eux et en leur potentiel. Ils veulent être fier de ce qu’ils peuvent réaliser au quotidien. L’enfant DVS a aussi besoin d’encouragements de la part de son entourage. Sa compréhension qu’il est unique avec ses capacités et ses défis est essentiel pour qu’il puisse développer son autonomie durant son enfance et son adolescence dans l’organisation des tâches.

La mise en place d’adaptations et des actions de réadaptation lui donnant diverses stratégies fournies en ergothérapie et par d’autres professionnels vont l’aider au niveau de ses difficultés motrices et visuelles afin d’obtenir un impact à long terme sur son organisation de travail.  

 Si vous voulez en savoir davantage sur la dyspraxie visuo-spatiale, deux formations en ligne sont disponibles par Jouer et Grandir.

Françoise Lespérance, ergothérapeute 

Classe flexible et troubles neurodéveloppementaux

La classe flexible ou « flexible seating » prend de l’ampleur depuis quelques années.

Est-ce que cet environnement scolaire est pertinent pour un enfant ayant un trouble neurodéveloppemental comme la dyspraxie (trouble développemental de la coordination) ou un TDA/H (trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité)?

Essayons de mieux comprendre les bienfaits et les limites de la classe flexible!

Source de l’image: laclassedemaitresse.fr

 

Que signifie une classe flexible de façon concrète?

Certains d’entre vous en ont déjà entendu parler mais ne connaissent pas l’approche en détail. D’autres ont des enfants qui ont intégré une classe flexible en 2018-19 et qui sont très contents de cette philosophie. Pour quelques-uns, leurs enfants vont débuter la prochaine année dans une classe flexible. 

La classe flexible est un environnement de vie où les bureaux en rangée ne sont plus la seule alternative d’organisation physique de la classe. Tout est aménagé différemment. La classe flexible, c’est une approche et une philosophie, qui offre de multiples possibilités à l’enfant au niveau des postes de travail. Les objectifs visés sont d’améliorer le confort des enfants et de faciliter ses apprentissages.

La classe flexible comprend parfois quelques bureaux ou tables standards des classes traditionnelles à lesquelles on a ajouté beaucoup de variantes possibles. Ainsi, dans la classe flexible, on retrouve différents types d’assises sous forme de chaises, bancs, ballons, coussins, divans,…Des tables de différents hauteurs permettant de travailler seul, en équipe de deux ou de quatre,…un coin détente avec tapis au sol, fourrure, paravent pour isoler du bruit,… Selon l’imagination et la créativité, les possibilités sont immenses. 

Dans cet environnement de vie, l’enfant peut ainsi bouger, choisir l’emplacement qui correspond à ses besoins moteurs ou sensoriels du moment afin d’être disponible pour les apprentissages scolaires. Les possibilités posturales sont nombreuses car l’enfant peut travailler:

– Debout,

– À genoux,

– Assis sur chaise standard, sur une chaise berçante, sur un banc qui bouge, …

– Au sol soit couché sur le ventre, couché sur le dos, assis en tailleur,…   

Quels sont les impacts de la classe flexible sur les enfants?

Chaque enfant a ses spécifications de fonctionnement au niveau sensoriel, moteur et visuo-perceptuel. La classe flexible répond à la diversité des besoins des enfants tout en leur permettant de faire des apprentissages scolaires sans monotonie et rigidité au niveau de leur environnement de vie. L’enseignant doit tenir compte des possibilités de cet environnement de vie pour adapter ses stratégies et son contenu pédagogique afin de répondre aux besoins de tous les enfants. 

 

Des recherches sur la classe flexible démontrent des bienfaits :

Les enfants bougent davantage au cours de leurs journées scolaires;

– Les enfants sont plus concentrés pour faire les apprentissages;

– Les enfants s’impliquent davantage dans les différentes activités proposées par l’enseignant.

– Une augmentation des capacités d’attention de 12% selon la clinique Mayo à Rochester, New York (recherche faite avec 300 élèves pendant une année scolaire)

 

 

Est-ce que la classe flexible est pertinente pour un enfant ayant un trouble neurodéveloppemental?

 

Les  troubles du neurodéveloppement comprennent plusieurs diagnostics; troubles spécifiques des apprentissages scolaires, TDI, TSA, TDC, TSLO et TDAH.  Il existe un pourcentage important de comorbidité entre ces différents troubles. La plupart de ces enfants vivent des difficultés de modulation sensorielle pour s’adapter aux exigences de leurs environnements. La classe flexible peut faciliter l’autogestion de l’enfant vis-à-vis les stimuli sensoriels.

Image tirée de la conférence de Vincent des Portes lors de la semaine du cerveau 2019.

En effet, la classe flexible peut être bénéfique comme devenir un défi pour l’enfant ayant un trouble du neurodéveloppement (TND). Par exemple, certains enfants vont comprendre et agir pour se rendre dans le coin détente dans le but de moduler la surcharge auditive qu’ils peuvent avoir vécu dans la classe durant un travail en équipe. Pour d’autres enfants, cette surcharge auditive va complètement les désorganiser et va affecter leur comportement dans les tâches en cours. 

Un autre exemple est le besoin de bouger pour un enfant qui a pour effet d’augmenter son attention aux activités. Cet enfant pourrait utiliser un ballon ou autre matériel pour s’asseoir tout en écoutant les propos de l’enseignant ou lors d’un exposé oral des pairs de la classe.  

Dans une classe flexible, l’enseignant a besoin d’observer et connaître les spécifications du fonctionnement de chaque enfant pour l’aider à autogérer son comportement en lien avec une possibilité de surcharge sensorielle.

Quels sont les limites ou défis de l’enfant ayant un TND (trouble neurodéveloppemental) dans une classe flexible?

L’enfant ayant un trouble neurodéveloppemental peut avoir un manque de tonus musculaire, des difficultés de motricité globale et fine qui vont affecter son positionnement, sa coordination des gestes moteurs et visuels dans l’espace. Il peut aussi avoir beaucoup de difficulté pour s’organiser et effectuer les tâches demandées, manipuler son matériel scolaire, etc…

Au niveau sensoriel, il peut avoir besoin de calme pour gérer les stimuli visuels et auditifs afin de pouvoir fournir une attention par la suite. Il peut, au contraire, avoir besoin de stimuli de mouvement (vestibulaire) pour fonctionner et demeurer attentif aux demandes d’apprentissages.

L’enfant ayant une dyspraxie (trouble développemental de la coordination) a besoin de stabilité dans sa posture pour les tâches de dextérité et d’écriture à la table et à l’ordinateur. Lorsque s’ajoute des difficultés visuo-spatiales en lien avec les capacités oculomotrices, l’enseignante doit aider l’enfant à bien choisir ses postes de travail pour s’assurer que la fatigue physique et la double tâche n’interfèrent pas dans les performances  d’apprentissage de l’enfant.

Certains enfants ont également des besoins très spécifiques d’adaptations du matériel pédagogique ou d’un plan incliné ou d’utiliser l’ordinateur  pour effectuer des travaux d’écriture et de mathématiques avec des logiciels ou des fonctionnalités. Dans ces situations, l’enfant doit bien comprendre pourquoi il devra travailler à certains postes de travail plutôt qu’à toutes les possibilités offertes dans la classe.

Pour certains enfants, d’avoir un espace qui leur appartient (un bureau) c’est sécurisant et évite de chercher une place où s’installer surtout lorsque les endroits disponibles ne correspondent pas à ses besoins posturaux.

Quel est le rôle de l’ergothérapeute et de l’enseignant pour qu’un enfant TND puisse bien fonctionner dans une classe flexible?

 

L’enseignant a besoin de développer des compétences pour bien utiliser le matériel dans la classe flexible. Il a besoin de connaître les bienfaits et les contre-indications de chaque poste de travail de la classe. Il a aussi besoin de connaitre le développement sensori-moteur de l’enfant ainsi que les postures immatures en motricité globale et fine.

L’ergothérapeute agit en tant que consultant auprès de l’enseignant pour l’aider à bien comprendre les possibilités du matériel de la classe flexible afin d’intégrer toutes les possibilités répondant aux enfants ayant des besoins particuliers.

L’ergothérapeute évalue l’enfant dans son fonctionnement moteur, sensoriel et visuo-perceptuel.  Son analyse du rendement de l’enfant clarifie le type de posture, les adaptations pertinentes et le profil sensoriel de l’enfant qui l’aide ou interfère lors des apprentissages.

I

L’enseignement aux enfants est également fourni d’une façon différente dans une classe flexible. Le titulaire devient davantage un chef de projet et un guide tout au long de la journée. Il peut enseigner par des cours magistraux ou utiliser des ateliers pour promouvoir le contenu pédagogique. Les enfants développent davantage d’autonomie, des relations sociales et d’entraide au quotidien. 

L’ergothérapeute peut grandement aider les enfants et les enseignants lors de l’installation d’une classe flexible pour s’assurer de faire le bon choix du matériel et de pouvoir gérer la classe en tenant compte des besoins de chaque enfant.

Françoise Lespérance, ergothérapeute

Jouer et Grandir

Si vous voulez en connaître davantage sur le trouble développemental de la coordination et les capacités visuo-spatiales de l’enfant. Inscrivez vous à la FORMATION EN LIGNE sur le dyspraxie visuo-spatiale. CLIQUEZ ICI pour plus d’informations.

 

Dyspraxie: Double tâche ou gestes automatisés !

Dyspraxie: Double tâche ou gestes automatisés !

 

 

La dyspraxie est le terme largement utilisé par les parents et les professionnels pour identifier le trouble développemental de la coordination (TDC)

 

La double tâche est présente pour ces enfants dans plusieurs situations du quotidien.

La dyspraxie se caractérise, en quelques mots, par des manifestations plus ou moins fonctionnelles de l’enfant lors de la constitution et de l’automatisation de différents gestes qui sont appris au cours du quotidien .

La dyspraxie motrice est présente chez 5 à 7% des enfants.

 

Vers quel âge peut-on détecter la dyspraxie chez l’enfant?

 

Dès la naissance, le bébé possède des « outils » qu’il va développer et rendre fonctionnels en vue de lui permettre d’acquérir diverses compétences (coordination oeil-main, la marche, le langage, les manipulations des objets, etc,…). Ce type de compétence (sensori-motrice et cognitive) se développe selon un rythme prévisible chez tous les enfants peu importe leur race et leur culture.

De plus, il existe d’autres types d’apprentissages qui proviennent de l’environnement et de l’éducation donnée à l’enfant. L’enfant reçoit alors un enseignement spécifique qui ne fait pas partie des « outils de base » que possède l’enfant à sa naissance. Pour faire ces apprentissages, l’enfant doit faire un effort intentionnel, conscient et attentif accompagné d’un entraînement pour lui permettre de développer des nouvelles compétences. Voici quelques exemples de ce type d’apprentissage: apprendre à faire du ski, du surf, du vélo, à écrire, à utiliser un doigté sur le clavier de l’ordinateur,.. L’automatisation de ces nouvelles compétences est l’indice que leur apprentissage est complété et acquis.

Ainsi lorsqu’il y a une atypie du développement cérébral dans un zone spécifique du cerveau, cela génère un trouble spécifique tel que la dyspraxie (trouble développemental de la coordination), la dysphasie (trouble développemental du langage), la dyslexie et/ou la dyscalculie (trouble spécifique  des apprentissages),… tout en préservant l’intelligence de l’enfant. 

Dans les situations où la dyspraxie est envisagée, les adultes et les parents de l’enfant peuvent interpréter le fonctionnement de l’enfant comme étant maladroit, qu’il est malhabile, qu’il est lent, qu’il est toujours perdu dans l’espace ou qu’il est peu intéressé par les activités de motricité fine comme colorier, découper, etc…

Pour certains enfants, une démarche diagnostique débute vers l’âge de trois à quatre ans. Mais, c’est majoritairement en milieu scolaire que les difficultés deviennent évidentes surtout lors de l’écriture, de la lecture et des mathématiques.  La démarche diagnostique alors mise en place veut clarifier la ou les causes de ses difficultés reliées aux apprentissages scolaires. 

« La dyspraxie est un trouble développemental des apprentissages gestuels »

                                                                                                                                                                                           Michèle Mazeau

 

La pose d’un diagnostic est une étiquette médicale.

Mais, le diagnostic permet de clarifier une prise en charge spécifique des besoins de l’enfant.  Poser un diagnostic fait partie d’une démarche différentielle  de plusieurs professionnels dont font partie l’ergothérapeute, le médecin et le neuropsychologue selon les besoins et les manifestations cliniques.

Le diagnostic médical est le trouble développemental de la coordination (TDC) selon le DSM-V.

 

Les gestes moteurs et oculo-moteurs sont nécessaires à la tâche de la calligraphie.
Les notions visuo-perceptuelles de la forme des lettres sont aussi sollicitées lors de l’écriture.
Un défi souvent de taille pour l’enfant ayant une dyspraxie ou TDC. 

Quelles sont les symptômes ou   manifestations  pouvant orienter les  professionnels vers le diagnostic de TDC ou dyspraxie?

 

La dyspraxie est composée d’un ensemble de symptômes ou manifestations présentes chez l’enfant à différents degrés. Cela crée une multitude de possibilités qui devient propre à chaque enfant dans son fonctionnement au quotidien. Ce portrait spécifique à l’enfant est nécessaire pour la mise en place d’une démarche thérapeutique et éducative qui va clarifier les interventions pertinentes au niveau des actions de réadaptation et de pédagogie. À ces interventions, s’ajoute des modalités comme des adaptations pertinentes.

Voici une liste de symptômes pouvant se retrouver à divers degrés chez les enfants:

– Difficulté et lenteur dans l’exécution de gestes moteurs qui se manifestent suite aux premiers stades du développement normal tel que ramper, station assise, quatre pattes et marcher;

– Difficulté ou anomalie du développement des fonctions du regard (fixation, saccades, exploration et poursuite visuelle);

– Difficulté ou anomalie à traiter les informations spatiales dans l’espace (à trois et à deux dimensions);

– Déficit de l’attention visuo-spatial  lors d’une tâche;

– Difficulté dans l’intégration du schéma corporel en lien avec son déplacement dans l’espace.

Aussi, le DSM-V (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) clarifie quatre critères spécifiques pour poser le diagnostic de TDC dont les professionnels tiennent compte dans la passation des tests standardisés et leurs observations cliniques pour poser un diagnostic différentiel.

Lors de la démarche diagnostique, les évaluations déterminent aussi les forces de l’enfant dans ses fonctions préservées. Cela peut être au niveau de certaines composantes motrices, langagières, des mémoires de travail et à long terme, du raisonnement, etc.

Il est parfois pertinent de spécifier où les manifestations sont les plus significatives. Ainsi le diagnostic médical du trouble développemental de la coordination (TDC) ajoute, au besoin des spécifications significatives telles que les composantes oculo-motrices et visuo-spatiales (dyspraxie visuo-spatiale dont le terme est davantage un diagnostic neuropsychologique)

Un pourcentage élevé d’enfants ayant un TDC se retrouvent souvent avec d’autres diagnostics neurodéveloppementaux en comorbidité.

Le trouble de l’attention et/ou hyperactivité est souvent présent chez les enfants mais pas de façon systématique. Aussi les troubles spécifiques de l’apprentissage font appel à des composantes visuelles chez l’enfant. il faut alors clarifier si le trouble spécifique de l’apprentissage a des composantes visuo-spatiales touchant les gestes du regard (oculo-moteur).

Que signifie l’apprentissage des gestes moteurs?

 Les gestes non programmés dans les « outils » de l’enfant sont multiples. L’enfant doit faire l’apprentissage de ces gestes moteurs. Par exemple, il y a des gestes culturels tel que:

– Saluer avec la main ou avec tout le corps,

– Manger avec des ustensiles ou des baguettes,

– S’habiller avec des fermetures-éclairs ou des boutonnières,

– Écrire et colorier avec un crayon de plomb ou un stylo,

– Jouer  d’un instrument de musique comme la flûte, du piano, de la harpe, …

– Se peigner les cheveux, se couper les ongles, se laver les dents,…

– Jouer au ballon, à la marelle, nager,…

– Compter et faire des figures géométriques avec différents outils,…

L’enfant reçoit un enseignement et un entraînement de ces différents gestes moteurs dépendamment de sa famille et des différentes personnes présentes dans son milieu de vie. Malgré cette stimulation pour qu’il réussisse à exécuter les gestes requis, l’enfant ne parvient pas à mettre en place le « geste pertinent et adéquat » qui sera efficace et harmonieux. Cette difficulté ne lui permet pas d’automatiser le geste moteur pour l’effectuer avec un contrôle attentionnel minimal.

Qu’est ce que la double tâche pour l’enfant ayant une dyspraxie?

 

L’humain ne peut pas faire deux tâches en même temps dont l’une d’elle n’est pas automatisée. C’est impossible.

Lorsque le geste moteur requis pour poser une action est non automatisé, le cerveau met toute son attention à l’exécution des différents mouvements et paramètres requis des gestes moteurs pour exécuter cette tâche.

Lorsque le geste moteur d’une action est automatisé, le cerveau rend alors disponible d’autres ressources pour des activités faites en simultané.

Par exemple, lorsque l’enfant a automatisé le geste d’écrire les lettres des mots, il peut se concentrer sur les explications que fournit l’enseignant en même temps. Si le geste est non automatisé,  le cerveau de l’enfant sera concentré et attentif aux mouvements moteurs que doit faire sa main pour produire les lettres. L’écriture sera perçue par l’enfant comme une tâche difficile et fatigante qui lui demande de gros efforts.

Diverses études faites  en neurosciences, dont celles de Michel Desmurget, chercheur, aident à mieux comprendre les phénomènes des mécanismes de l’apprentissage gestuel au niveau des différents neurones. 

 

Donc, la double tâche est réelle pour l’enfant lorsqu’il n’a pas automatisé certains gestes en situations d’apprentissages que cela soit en milieu familial, scolaire ou de loisirs.

« C’est toujours la tâche de bas niveau (exemple: la réalisation du dessin des lettres) qui mobilise et vide l’essentiel du réservoir attentionnel de l’enfant aux dépens de la tâche de haut niveau (orthographe, compréhension, élaboration et planification d’un texte.. »

                                                                                                                                                                   Michèle Mazeau et Claire Le Lostec

 

 Réadaptation des gestes moteurs et adaptations pertinentes

 

Il existe différentes approches de rééducation pour travailler avec l’enfant dépendamment du professionnel, de son bagage en formation et en expériences.

Trois méthodes sont davantage connues et utilisées soit les approches sensori-motrices, les approches écologiques et les approches cognitivo-verbales. Les recherches démontrent des résultats significativement positifs avec la troisième approche soit cognitivo-verbale pour trois raisons principales: 

1) l’enfant est l’acteur principal;

2) l’approche utilise les points forts de l’enfant;

3) on lui apprend à raisonner sur ses difficultés pour pouvoir généraliser par la suite ce qu’il aura compris et acquis.

Les conditions du choix des activités sont basées sur deux critères:

1) Déterminer un nombre restreint d’activités bien ciblées qui sont indispensables au niveau scolaire et/ou du quotidien;

2) Cibler des activités ponctuelles pouvant être réaliser isolément et qui requièrent de grandes ressources attentionnelles à l’enfant.

Les adaptations sont des modalités pour l’atteinte des objectifs déterminés à partir des besoins de l’enfant. Par exemple, écrire est une activité indispensable lors des apprentissages scolaires. Il faut tenir compte de la vitesse d’exécution de l’enfant en écriture manuelle, de sa qualité, de la facilité à la relecture ainsi que sa disponibilité à des tâches de haut niveau lorsque le geste moteur n’est pas automatisé. L’adaptation retenue pourrait être l’utilisation d’un ordinateur avec l’utilisation d’un doigté au clavier pour compenser ou compléter l’écriture manuscrite en situation scolaire ou lors des devoirs.

Dans le cas de choisir l’utilisation d’un ordinateur pour pallier aux difficultés praxiques importantes lors d’écriture, il est primordial que l’enfant comprenne bien la raison de ce choix. Il doit être encouragé par tout son entourage à la maison et à l’école pour qu’il se sente légitime et confiant lors des apprentissages.

 

 

Une formation sur la dyspraxie est disponible en ligne sous forme de vidéos et documents d’informations. Elle vous donne beaucoup d’informations et d’outils pour soutenir l’enfant et intervenir auprès de lui dans son quotidien. 

Françoise Lespérance, ergothérapeute 

Références:

Mazeau Michèle, Le Lostec Claire, Lirondière Sandrine, L’enfant dyspraxique et les apprentissages, Elsevier, 2e édition, 2016.

Chokkron Sylvie, Approche neuropsychologique des troubles neurovisuels chez l’enfant, revue de neuropsychologie, 2015.