fbpx

Le bricolage est ses quatre défis pour l’enfant

Le bricolage est une activité intéressante qui regroupe plusieurs aspects comme outil de stimulation auprès de l’enfant. L’enfant apprend et développe ses capacités au fur et à mesure qu’il grandit. Il a besoin de la collaboration et du soutien de l’adulte pour sa progression tout au long de son parcours d’enfant.

Le bricolage a ses propres défis que l’enfant relève pour s’amuser. Il obtient ainsi un résultat qu’il sera fier de montrer aux personnes qu’il aime. Dans le vidéo, vous retrouverez ces quatre grands défis que l’enfant relève dans le bricolage. Vous aurez aussi des trucs et astuces pour chacun d’eux à mettre en place dans votre quotidien.

POSITIONNEMENT DE L’ENFANT

Dans le vidéo, la notion d’une petite table d’enfant est discutée. En voici une image:

Une bonne posture de l’enfant pour faire des activités de table est idéalement que les pieds sont en contact complètement avec le sol et le dos est appuyé au dossier. De cette façon, les articulations des hanches, des genoux et des chevilles se situent à des angles de 90 degrés. Pour les bras, l’épaule est dégagée légèrement du corps par un angle variant entre 15 à 30 degrés. Le coude est en flexion  avec l’avant-bras avec un angle près de 90-110 degrés. La chaise se retrouve près de la table pour que le corps demeure droit.

Un enfant qui est mal positionné a tendance à bouger, à appuyer sa tête sur son bras ou à s’affaisser sur la table. Cela ne l’aide pas au niveau de son attention-concentration et à participer à l’activité en cours.

Vous retrouverez d’autres informations et suggestions sur un autre article publié le 14 février 2018.

Françoise Lespérance, ergothérapeute de Jouer et Grandir

Inscris-toi pour recevoir les prochains articles

Le bricolage et ses bienfaits pour l’enfant

Le bricolage, selon le dictionnaire Larousse, est de faire de petits aménagements de ses propres mains. Donc, pour bricoler, il y a deux composantes importantes soit la motricité fine en utilisant les mains et la composante cognitive pour l’imagination, la créativité, l’organisation et le désir d’obtenir un résultat. En effet, pour stimuler le développement de l’enfant, le bricolage devient un médium très puissant à privilégier régulièrement dans la routine quotidienne.

Il y a des multitudes de bricolage possible dépendamment du matériel que l’adulte fournit à l’enfant. Par exemple, des morceaux de papier de soie, du carton mince de couleur, des crayons de couleur, de la colle en bâton et une paire de ciseaux pour enfant peuvent permettre de réussir une grande variation de bricolage comme démontré dans la photo ci-jointe.

Effectivement, dès l’âge de 2 ans, l’enfant peut déchirer le papier de soie et en faire des petites boules. Avec les crayons de feutre ou de couleurs, c’est un plaisir de faire un gribouillage sur un carton de couleur. Par la suite, il va coller les morceaux de carton mince avec la colle que vous lui présentez. Et voilà, un très beau bricolage que vous avez fait avec l’enfant. Celui-ci va en retirer une grande satisfaction à le montrer à sa famille. Toutes ces actions favorise le développement de son estime de soi que vous aidez ainsi à mettre en place.

MOTRICITÉ FINE ET BRICOLAGE

La motricité fine (Voir autre article ) est l’utilisation des mouvements des mains pour faire les différentes activités du quotidien. L’enfant de quelques mois est malhabile car il apprend à coordonner son œil avec la main (coordination oculo-motrice) pour attraper et relâcher des objets. Par la suite, il raffine de plus en plus sa coordination pour devenir plus précis dans ses mouvements. Il réussit à utiliser son pouce avec son index pour prendre de petits objets tel que des morceaux de nourriture sur sa tablette vers l’âge d’un an.  À deux ans, il est capable de tenir les crayons de couleurs globalement dans sa main pour faire des traits sur une feuille. À trois ans, il contrôle de mieux en mieux le crayon et les mouvements de sa main. Il commence à comprendre le mouvement d’ouverture et de fermeture d’un ciseau pour enfant dans le but de faire des entailles dans du carton mince. Par la suite, les mouvements de ses doigts, de sa main, de son poignet et de son corps se raffinent pour une préhension fonctionnelle de ces crayons et ciseaux. En bref, cela lui facilite la tâche lors de ses jeux de bricolage.

CRÉATIVITÉ ET IMAGINATION

Les premiers bricolage de l’enfant ne représenteront rien de concret pour l’adulte. Encouragez-le à utiliser le matériel que vous mettez à sa disposition tel que la pâte à modeler, les crayons de couleurs, le papier, le carton mince, du papier de soie, de la ouate, des images collantes (stikers), etc. Faites l’activité avec lui pour l’aider à utiliser sa créativité et son imagination. N’essayez pas de deviner ce que le bricolage représente. Demandez-lui et félicitez-le.

Indiquez la date sur certains bricolages que l’enfant fait. En les conservant, vous pourrez remarquer des changements qui démontrent de l’évolution de l’enfant. Sa motricité fine, sa créativité et son imagination à concocter des bricolages variées, colorées et stimulants vont s’améliorer avec le temps.

ORGANISATION ET RÉSULTAT

Après l’âge de 3 ans, conserver un espace accessible à l’enfant dans la maison pour le matériel de bricolage. Cela va grandement le stimuler à l’utiliser. De plus, impliquez-vous directement avec lui de temps en temps. De temps en temps, suggérez-lui de vous faire un « cadeau » sous forme de bricolage à son père ou son grand-père. De cette façon, son intérêt pour ces activités seront stimulés.Bricolage 2 ans

En effet, l’enfant va utiliser toutes ses ressources personnelles (motricité fine, créativité, imagination) et le matériel disponible (le varier régulièrement pour garder son intérêt à bricoler) dans le but de s’organiser et d’obtenir un résultat qu’il va offrir pour vous faire plaisir ou pour donner à quelqu’un lors de sa fête!

 

 

SUGGESTIONS POUR DÉVELOPPER SON INTÉRÊT ET SON ESTIME DE SOI

  • J’aime beaucoup des bricolages que tu fais.
  • Tu es capable d’inventer de très belles choses avec tes mains.
  • Ton bricolage est spécial et unique. Je l’aime beaucoup.
  • Que penses-tu de l’accrocher dans ta chambre ou sur le frigidaire?
  • Je t’ai ajouté du matériel pour tes bricolages car je les aime beaucoup. Veux-tu en faire un avec moi?
  • Tu as travaillé fort pour faire ce beau bricolage. Bravo!

Et voilà, à vous de jouer et de voir grandir votre enfant tout en le stimulant dans son quotidien.

Françoise Lespérance, ergothérapeute de Jouer et Grandir

Inscris-toi pour recevoir les prochains articles

La motricité fine

Le terme de motricité fine est utilisé pour décrire l’utilisation des mains dans les diverses activités de la vie courante. C’est tout à fait vrai mais cela est un peu plus large que cela. Lorsqu’on parle de motricité fine, il faut envisager l’ensemble des mouvements des membres supérieurs (les bras) en coordination avec d’autres sens comme la vision et l’audition ainsi qu’avec les mouvements globaux du corps.
Les mains ont une grande utilité pour le fonctionnement de chaque personne dans sa vie. On ne fait que penser au moment où l’on se coupe et installe un pansement pour faire guérir un doigt. Ce pansement est très handicapant pour écrire, se laver, utiliser son couteau, etc.
Le bébé qui devient un jeune enfant a besoin de développer sa motricité fine dès ses premiers mois de vie. La première étape qui va grandement aider le bébé est le développement de sa vision et de son audition. Vers l’âge de 3-4 mois, il peut fixer visuellement un objet et tendre la main vers cet objet pour tenter de l’attraper. Si le jouet émet de la musique en plus d’être très attrayant visuellement, ce jouet va le stimuler à comprendre également à tourner sa tête pour le regarder et d’essayer d’y toucher avec une de ses mains.
Durant la première année de vie, l’enfant développe principalement une préhension grossière des objets et sa capacité à pouvoir les relâcher volontairement. Entre 1 an et 2 ans, il va réussir certaines prises pouvant être faites avec ses doigts. Nous pouvons parler du raffinement graduel de sa motricité fine. La prise pouce-index apparaît vers l’âge de 9 mois à un an pour saisir des objets de grosseur moyenne. Il peut alors prendre des objets tel que des blocs ou des couvercles de plastique et les mettre dans un contenant. Un peu plus tard, il commencera à orienter l’objet pour les insérer dans une large fente (par exemple insérer des gros sous dans une banque). Il peut aussi réussir à actionner certains mécanismes de jouets action-réaction en touchant des boutons.
La motricité fine va continuer à se raffiner entre l’âge de deux et trois ans où il va aimer jouer avec la pâte à modeler en créant des boules avec ses deux mains, aplatir ces boules avec la paume de sa main ou un doigt à la fois de chacune de ses mains. Il peut aussi commencer à manipuler des outils comme un rouleau à pâte tenu avec ses deux mains pour écraser la pâte à modeler pour faire des « biscuits ». Ces activités sont intéressantes mais il ne faut pas oublier que l’enfant a besoin de l’adulte pour le diriger et lui servir de modèle dans les activités.
Vers trois ans, l’enfant démontre plus de concentration et peut demeurer à la table pour faire des activités de bricolage qui vont travailler sa motricité fine. Ainsi, l’utilisation des crayons de couleurs en bois, les ciseaux à bouts ronds, les cartons minces sont de la partie pour la création d’oeuvres d’art dont il sera fier d’accrocher dans sa chambre ou la cuisine!
Vers quatre et cinq ans, le raffinement de sa motricité fine incluant la coordination oeil-main devient importante pour le préparer à son entrée scolaire où il aura bientôt à écrire son prénom et des lettres. Cela signifie de stimuler sa préhension du crayon à trois doigts (tripode) ainsi que sa dissociation du pouce avec les autres doigts. Il faut aussi travailler sa dominance manuelle (droite ou gauche) et son contrôle posturel (contrôle de son tronc) car cela lui sera beaucoup plus facile dans les diverses activités du préscolaire.
Ceci vous donne un aperçu très global de l’évolution de la motricité fine de la naissance à l’âge de cinq ans.

Françoise Lespérance, ergothérapeute

Si vous observez des difficultés chez l’enfant, voici une formation en ligne qui pourrait vous aider à comprendre la dyspraxie visuo-spatiale qui influence la coordination oculo-motrice.